Un été si doux

« L'été se marque non moins par ses mouches et moustiques que par ses roses et ses nuits d'étoiles... »(1)

Cela fait bientôt trois ans que les étés sont pour moi des grands moments de changements et de métamorphoses.

image-4

Bien souvent, ces moments de changements ont pour origine des ruptures (amicales ou amoureuses) et sont marqués ensuite (ou en parallèle) de jolies rencontres. Cet été ne déroge pas à la règle. J’ai « commencé » mon été par une rupture, qui fut douloureuse à gérer, bien que je sois celle qui aie pris la décision de mettre fin à la relation. Je ne veux pas en dire plus, parce que ça touche au privé, et que je respecte trop la personne avec qui j’étais pour en parler plus sur ce blog, espace ô combien public. J’ai eu l’impression, pendant près d’un mois, d’être totalement perdue, de ne plus me retrouver et d’être comme une inconnue pour moi-même. Bien évidemment, tout ce malaise s’est accompagné de questions étouffantes et très anxiogènes : que fais-je de ma vie ? qu’est ce que je mérite ? est-ce que j’ai le droit de me sentir comme ça ? est-ce que mes études me plaisent ? est-ce que finalement, cette année n’a pas été marquée par une grande tristesse repoussée toujours un petit peu plus loin dans un coin sombre de mon esprit ? et surtout : comment faire pour sortir de cette impasse ?

Il m’a été nécessaire de prendre des distances, d’arrêter pour un moment d’aller sur Twitter, d’arrêter de poster des photos pour Instagram, de ne plus m’imposer un rythme avec ce blog. J’ai eu besoin de quitter le monde du virtuel (bien qu’il ne soit pas totalement irréel, et que mes attachements y soient forts et réels) et de me plonger corps et âme dans le monde du réel, celui « de la vraie vie ». J’ai conscience que cette formulation est très maladroite, et très caricaturale voire un peu réductrice, mais j’ai toujours fait cette distinction entre le monde des réseaux sociaux, du virtuel, et celui dans lequel j’évolue physiquement tous les jours. Je me sentais totalement perdue, et j’ai eu besoin de me raccrocher à des choses « stables » et dont je pouvais me saisir : ma famille, mes amies, les livres, les promenades en bord de mer, le travail à la librairie.

image-4

J’ai passé des après-midis à la plage, à me baigner dans une eau à 17°C en rigolant comme une enfant. Je suis allée au restaurant, j’ai découvert de nouveaux endroits et je me suis réjouie de ces jolis petits instants. J’ai paressé durant de nombreuses après-midis sur mon lit, en lisant Outlander, le sourire aux lèvres et le cœur joyeux. J’ai passé de nombreux samedis soirs (mais aussi des vendredis soirs, des jeudis soirs, des dimanches soirs, des mardis soirs) en terrasse, à boire des bières et à mordre dans des morceaux de citron vert. J’ai beaucoup ri avec mes amies, j’ai aussi pleuré sur leurs épaules, et elles ont pleuré sur la mienne. On a parlé de choses sérieuses, de choses futiles, on a refait le monde. J’ai rencontré plein de nouvelles personnes, j’ai appris à sortir de cette « zone de confort » étouffante, je me suis perdue dans des anecdotes, dans des sourires, des rires et des yeux brillants. J’ai tellement aimé découvrir d’autres univers que le mien, j’ai presque eu l’impression de me découvrir en apprenant à connaître les autres. Pour la première fois depuis bien longtemps, j’ai arrêté de me demander si j’étais « suffisante », si j’étais « assez intéressante », et j’ai simplement profité de l’instant présent.

L’été se finit bientôt, et je m’apprête à retrouver un rythme plus classique. Si je suis triste que tout prenne fin, j’ai tout de même l’impression que certaines choses se sont « débloquées » en moi. Je me sens plus heureuse, je me sens à l’aise avec qui je suis, et je me sens prête à avancer – à mon rythme.

image-4

Encore une fois, il s’agissait d’un article très personnel, et dont vous vous moquez peut-être, mais ça m’a fait du bien de poser des mots sur ce que je ressentais. J’espère que vous allez bien, et que votre été vous a apporté de jolis moments de bonheur.

Plein d’amour.

Publicités

11 réflexions sur “Un été si doux

  1. Je suis contente que ton été se soit bien passé.
    Je t’interdis de dire que tu es une fille pas assez intéressante. Puis quoi encore ? Non, non, non Mademoiselle Blanche, cet hiver, je serai ton soutien virtuel pour le moral dans les chaussettes (oui, oui, tu lis bien, je m’auto-proclame Soutien Virtuel, désolée, c’est mon côté dictatrice qui ressort haha).

    Plus sérieusement, c’est super que tu aies profité de ton été et j’espère que même si la rentrée est proche avec son train-train, tu ne céderas pas à la morosité et que tu continueras à profiter de « la vraie vie » !
    Je te souhaite le meilleur (mais ça, je pense que tu le sais) ❤

    J'aime

  2. Ton article est vraiment très beau 🙂 Et je comprends tout à fait ton envie de mettre tout cela par écrit 😉
    Le principale est, comme tu le dis si bien à la fin, que tu es à l’aise avec qui tu es et que tu te sens prête à avancer !

    Je te souhaite une belle continuation pour cette rentrée 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s