Le bilan (en retard) de ce mois de mai !

bilan culturel mai

Bonjour mes loutrons, on se retrouve, un petit peu en retard, je l’avoue, pour vous parler de quelques unes de mes découvertes culturelles du mois de mai. Je ne le dis jamais d’habitude, mais lors de ces bilans culturels, je ne vous présente pas tout ce que j’ai lu ou vu, mais seulement les « objets culturels » qui ont attiré mon attention. Je procède de cette manière, puisque sinon les articles seraient interminables, non seulement cela serait désagréable pour vous à la lecture (du moins, je pense), mais cela serait également assez compliqué pour moi à rédiger. J’espère que ce format d’articles vous satisfait toujours, et n’hésitez pas à me dire ce que vous aimeriez que je change, ou bien que je conserve, je suis ouverte à toute suggestion. Ce mois-ci, j’ai pas mal de choses à vous présenter, alors, j’arrête de blablater et je vous laisse avec l’article !

_0027_angiemakesfreeclipart 006 - copie

Du côté des livres

cette2bfille2bc252725c325a9tait2bmon2bfr25c325a8reCe mois-ci, j’ai lu beaucoup, beaucoup, beaucoup de littérature ado et young adult, mais comme je vous prépare un article « bilan » sur ces lectures, je ne vais pas trop en dire 😉 Par contre, j’avais envie de vous parler de Cette fille c’était mon frère de Julie Anne Peters, c’est d’ailleurs un livre que vous avez peut-être déjà vu sous le titre La Face cachée de Luna. Cette fille c’était mon frère est un roman assez prenant, assez fort, et vraiment très bien. On suit l’histoire de Regan, une jeune fille qui aspire à une vie normale et discrète, et qui ne veut pas se faire remarquer. Seulement, Regan n’a pas la petite vie tranquille qu’elle souhaitait, puisqu’elle garde le secret de son frère. Liam, son frère, est un ado qui est mal dans sa peau, pour la simple et bonne raison que Liam ne veut pas être Liam, mais Luna. Je n’avais jamais lu de romans ados qui abordaient la question de la transidentité, et ça fait du bien de voir ces thèmes dans la littérature ado. Ce qui m’a le plus touchée c’est la relation entre Regan et Liam/Luna (je me permets de mettre les deux prénoms, puisque le roman est l’histoire d’une transition, on voit peu à peu Luna apparaître et s’affirmer) parce qu’elle est extrêmement touchante. Regan est une personne très attachante, et incroyablement humaine. Oui, elle veut protéger Luna, elle veut son bonheur, mais elle a aussi des moments de faiblesse et d’égoïsme. Elle aussi, veut être heureuse, et parfois le secret est bien lourd à porter pour ses petites épaules. J’ai trouvé que la relation entre les deux était vraiment très bien écrite, très juste et très touchante. C’est également un roman assez dur, puisqu’on se heurte aux remarques transphobes de la société, et aux remarques transphobes des parents… Bref, une sacrée claque dans la figure, je vous le recommande plus que vivement. (clique sur l’image pour avoir plus d’informations sur le livre)


A14597Je ne sais pas comment faire la transition avec le livre précédent, donc je ne vais pas en faire, puisque c’est mon article, donc j’ai le droit de faire ce que je veux (oui, c’est une dictature sur ce blog, je suis une vraie despote). En mai, j’ai lu Mémoire de fille d’Annie Ernaux, et je dois vous avouer que ça m’a laissée totalement perplexe. J’aime beaucoup ce que fait Annie Ernaux, elle a clairement inventé un genre littéraire, et j’aime sa manière d’écrire. Mémoire de fille est un roman très agréable à lire, on y retrouve ce qui fait la « patte » d’Annie Ernaux : une réflexion sur la société tirée de son expérience personnelle, et plus particulièrement une réflexion sur la différence entre les classes sociales. J’aime beaucoup cet aspect de son œuvre, je trouve ça extrêmement intéressant. J’apprécie le fait que la part autobiographique de l’œuvre ne soit pas trop imposante, cela rend le roman très agréable à lire. Ce roman, c’est l’histoire de la « première fois » d’Annie Ernaux, et de ce qui en a suivi. Cette première fois, c’est plutôt un viol, même si Annie Ernaux ne le présente pas de cette manière, et je crois que c’est ça qui m’a un peu gênée. J’ai peut-être mal lu le livre, mais j’ai trouvé que cette absence de consentement était un peu minimisée. Même si les suites de cette première fois présentées par Annie Ernaux sont assez univoques, j’ai quand même eu cette petite gêne à la lecture. Je crois que c’est un ressenti personnel, lié à ma sensibilité, à mon histoire et à ce en quoi je crois. Mémoire de fille reste cependant un très bon livre, et ce fut une chouette lecture. (clique sur l’image pour avoir plus d’informations sur le livre)


carry-onEnfin, j’aimerais vous parler (très succinctement) de Carry On de la très géniale (oui, ça se dit) Rainbow Rowell. Dans Carry On, on retrouve les personnages de la fanfiction écrite par Cath, l’héroïne de Fangirl, roman young adult dont est également autrice Rainbow Rowell. Vous n’êtes absolument pas obligé-es d’avoir lu Fangirl pour apprécier Carry On puisqu’il ne s’agit pas d’une suite de cette fanfiction. Il me semble (mais je peux me tromper) que Carry On se présente également comme une fanfiction, inspirée par l’univers de Simon Snow (qui est donc une œuvre totalement fictive). Je peux tout à fait concevoir que ce côté un peu meta, et complètement tarabiscoté (oui, c’est un vrai mot !) ne soit pas forcément très appétissant. L’univers de Simon Snow se comprend tout de suite comme un dérivé de l’univers d’Harry Potter, et si c’est un univers qui vous plaît et vous séduit, vous aimerez probablement Carry On. Dans Carry On, on suit un Simon investi d’une mission bien compliquée : sauver le monde de la magie d’un ennemi que personne n’arrive à identifier bien clairement, qui semble posséder une identité totalement fluctuante. Mais on suit surtout (et je vous avoue que c’est ça qui m’a particulièrement séduite) des adolescents qui essayent de comprendre ce qu’il se passe dans leurs têtes et dans leurs corps. Je ne veux pas trop vous en dire (et vous allez penser que je suis une piètre blogueuse littéraire, mais tant pis), puisque j’ai peur de vous divulgâcher l’histoire. J’ai retrouvé dans Carry On, toute la tendresse présente dans l’œuvre de Rainbow Rowell, et j’y ai découvert un univers extrêmement riche, avec des personnages tous plus intéressants les uns que les autres. Ce roman aborde des questions majeures (à mon sens), comme la sexualité, le fait de s’assumer, le besoin de savoir qui l’on est et d’où l’on vient, la manière de gérer un échec… C’est un roman complet, je vous le conseille vivement. (clique sur l’image pour avoir plus d’informations sur le livre, pour le moment seulement disponible en anglais)

image-4

Du côté des films :

miss_representation_2011J’ai l’impression que ça fait longtemps que je ne vous ai pas parlé d’un documentaire. J’avais pris pour résolution au début de l’année 2016, de regarder au moins un documentaire par mois… Bon, je crois que je suis un peu en échec pour le moment, mais j’essaie de me dire que c’est rattrapable. Au mois de mai, je me suis donc penchée sur le catalogue Netflix France, et surtout sur le catalogue des documentaires. Je n’avais pas envie de regarder un documentaire historique ou scientifique, donc je me suis rabattue sur Miss Representation. Ce documentaire porte principalement sur l’image que les grands médias (les médias mainstream) donnent des femmes. L’idée majeure de ce documentaire est la suivante : les femmes ont besoin de modèles, elles ont besoin de voir d’autres femmes réussir dans des domaines très divers (la politique, les sciences, les lettres, l’art, le journalisme…), mais ces modèles leur sont refusés par les grands médias. Les médias mainstream participent au contraire à la création de stéréotypes sur les femmes, et transmettent des messages ultra sexistes. Miss Representation n’est pas pour autant un documentaire entièrement pessimiste, puisque sa réalisatrice pense que les choses peuvent changer, et peuvent s’améliorer, pour peu que l’on se mobilise vraiment. C’est un documentaire très intéressant, et je vous le conseille vivement.(disponible sur Netflix)


529694Je suis également allée au cinéma voir The Nice Guys. J’avais très envie de voir ce film, puisqu’il m’avait l’air assez « burlesque », et assez drôle. The Nice Guys, c’est l’histoire d’un détective privé totalement à côté de ses baskets (incarné par Ryan Gosling) et d’un gros bras avec une vision plutôt personnelle de la justice (incarné Russel Crowe) qui vont s’allier (complètement par défaut) pour résoudre un cas plus complexe que prévu. The Nice Guys est une comédie assez violente, et plutôt sympathique, même si très honnêtement, je trouve qu’elle a manqué de quelque chose, peut-être d’un peu de dynamisme. Ce qui m’a le plus plu (je crois), c’est de voir un Ryan Gosling qui ne joue ni un beau-gosse, ni un héros parfait, mais bel et bien un gros raté, plutôt pathétique, et qui rate tout dans sa vie. En dehors du personnage de Russel Crowe, de celui de Ryan Gosling et de la fille de ce dernier (la fille du personnage, pas de Ryan Gosling), les personnages secondaires sont plutôt fades, il faut bien se l’avouer. C’est une comédie agréable, mais franchement, pas indispensable. Du moins, avec le recul, j’en retiens simplement le caractère burlesque et violent…

image-4

Une série :

weedsJ’ai repris Weeds au mois de mai. J’avais commencé à regarder cette série au lycée, mais j’avais assez vite abandonné, je crois que je trouvais l’histoire peu intéressante. En réalité, c’est une très bonne série, avec des personnages vraiment bien construits, et une intrigue plutôt chouette. On suit Nancy Botwin, une jeune veuve, qui pour maintenir son niveau de vie se lance dans le trafic de drogues. C’est vraiment chouette de la voir monter les échelons, de la voir devenir influente et puissante dans ce milieu. C’est aussi très drôle de voir les deux mondes se confronter, les réflexions « bourgeoises » de Nancy font parfois tâche, et elle a du mal à comprendre comment fonctionne réellement le monde de la drogue. Néanmoins, c’est cette naïveté qui rend le personnage de Nancy attachant. J’aime aussi beaucoup la petite famille de Nancy, entre Shane, le fils « marginal », Silas, le fils « beau gosse, un peu à l’ouest parfois », et Andy, l’oncle qui ne pense qu’au sexe (ou presque), on a quand même une panoplie de personnages assez intéressante. Les personnages secondaires sont également super chouettes, ils ont tous une vraie richesse, ils ne sont pas de simples figurants. C’est vraiment une très bonne redécouverte de mon côté, et si vous ne connaissez pas déjà cette série, je vous encourage à aller y jeter un coup d’œil 🙂 (8 saisons, épisodes de 25 minutes, disponible sur Netflix)

_0027_angiemakesfreeclipart 006 - copie

J’espère que ce (court) bilan culturel de mai vous aura plu, et qu’il vous aura donné quelques idées de lectures, ou quelques envies de film 🙂 Je suis vraiment désolée du retard que j’ai pris, j’ai l’impression de courir après le temps, je fais tout ce que je peux pour publier dans les temps, mais parfois c’est un peu compliqué. Je vous souhaite un joli week-end. Plein d’amour.

Publicités

3 réflexions sur “Le bilan (en retard) de ce mois de mai !

  1. Je ne connaissais pas « Cette fille c’était mon frère » mais je suis intéressée! Très probable que je le lise. J’aime beaucoup Rainbow Rowell mais je n’ai pas lu ce livre-ci : je compte le faire! Surtout que j’avais bien aimé « Fangirl ».
    Je ne regarde jamais de documentaires mais en ce moment, j’en ai très envie! Alors je retiens Miss Representation!
    Je te souhaite un bon mois de Juin (en retard…..)

    J'aime

    1. Hey ! J’espère que Carry On te plaira autant que Fangirl (si tu avais aimé Fangirl, je pense vraiment qu’il n’y aura pas de soucis, mais sait-on jamais…).
      Je ne regarde pas tant de documentaires que ça non plus, mais j’avoue que de temps en temps ça fait du bien 🙂
      Bon mois de juin à toi aussi 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s