Sur mes étagères : les femmes artistes dans la littérature

Bonjour mes petits loutrons ! Je vous retrouve aujourd’hui pour un article un petit peu spécial, et que je n’ai pas encore fait sur le blog : un article thématique. Je dois dire que je rédige cet article avec plein de questions en tête, en me demandant si vous allez l’apprécier, si vous allez le trouver intéressant, ou si au contraire vous allez le trouver trop poussif et pas très utile.

Pour ce premier article thématique, je pensais aborder la question des femmes et l’art dans la littérature. Non seulement parce que c’est un sujet qui me tient à cœur (c’est même en partie mon sujet de mémoire), mais également parce que je trouve que c’est un sujet un peu mis de côté. Je vais donc essayer de vous présenter différents livres traitant de la question de la femme artiste (entendue dans un sens large : peintre, autrice, chanteuse…) dans la littérature. Je me suis concentrée sur quatre œuvres seulement, parce que d’une part je n’avais pas envie de faire un article extrêmement long et difficile à digérer, et d’autre part, parce que je voulais vous parler d’œuvres qui me plaisent, plutôt que d’accumuler les titres.

livre-ouvert-forme-symetrique_318-45443

→ Un roman

9782812606168J’ouvre donc cet article avec une œuvre de fiction. J’ai lu Buvard de Julia Kerninon un peu hasard, presque par accident. J’étais en panne de lecture, et je ne savais pas quoi choisir, et c’est ma mère qui me l’a mis dans les mains. Buvard c’est l’histoire d’une femme mystérieuse, Caroline N. Spacek, et d’un jeune étudiant, Lou, fan des écrits de Caroline N. Spacek. Caroline N. Spacek est une autrice dont on ne sait alors rien, elle refuse de donner la moindre interview, et est très réservée sur sa vie privée. Elle est souvent qualifiée comme une femme « sauvage », qui vit un peu en marge de tout. Durant un été, elle va accepter de se confier à Lou, elle va accepter de raconter sa vie, aussi bien son œuvre que ses relations avec les gens, ses histoires d’amour, ses déceptions. Ce roman est un peu particulier, puisqu’en somme, il nous propose l’histoire de la fabrication d’un écrivain. On a l’impression de découvrir en même temps que Lou la manière dont s’effectue la création littéraire, on voit les coulisses. En plus d’une histoire qui est extrêmement intéressante et prenante (on va en effet découvrir les amours de Caroline, ses déceptions, ses colères, ses rêves…), l’écriture de Julia Kerninon donne à ce livre toute sa puissance. L’écriture est à la fois simple et incisive. Tout est très bien écrit, très bien dit, et parfois j’ai eu envie d’arrêter ma lecture pour recopier des paragraphes entiers. C’est une très chouette lecture, très marquante mais très belle. (clique sur l’image pour avoir plus d’informations sur le livre !)

livres-empilement-de-trois_318-45543 Dans le même style : Vie et mort de Sophie Stark de Anna North

→ Un classique

product_9782070376322_195x320.jpgJe ne pouvais pas faire cet article sans parler de Corinne ou l’Italie de Madame de Staël : non seulement, c’est l’œuvre sur laquelle je travaille pour mon mémoire, mais aussi parce que c’est une œuvre qui n’a pas la reconnaissance qu’elle mérite. Ce roman, c’est certes une histoire d’amour, mais c’est également l’histoire d’une femme artiste. Corinne, l’héroïne de ce roman, est une femme de génie, elle maîtrise à la fois l’art de l’improvisation, la danse, le chant, la poésie, la peinture… Elle est exceptionnelle, et surtout, elle est consacrée pour son art par ses pairs en Italie, sans être ramenée à son genre. Mais un jour, le jour de son couronnement au Capitole, elle rencontre Oswald, et tombe très rapidement sous le charme de cet Écossais. Alors que tout semble les opposer, et particulièrement la vision qu’ils ont de la société, un véritable amour va naître entre les deux. J’ai du mal à ne pas vous en dire plus, parce que ce roman, je l’ai lu plusieurs fois, et je le connais « sur le bout de mes doigts ». C’est un gros roman, et je peux comprendre que tout le monde n’ait pas envie de lire un pavé, mais l’éclairage qu’il offre sur la condition des femmes artistes vaut vraiment le coup. C’est un roman, qui, dans le fond, pose la question de la possibilité pour une femme d’être heureuse en amour et heureuse « intellectuellement ». Et au final, c’est, je trouve, une question qui reste malheureusement d’actualité.  (clique sur l’image pour avoir plus d’informations sur le livre !)

livres-empilement-de-trois_318-45543 Dans le même style : Elle et Lui de George Sand

→ Un roman biographique

784015On change un peu de registre avec Être ici est une splendeur le dernier roman de Marie Darrieussecq. J’ai du mal à définir et caractériser ce roman, puisque bien que basé sur une personne réelle, il ne s’agit pas pour autant d’une biographie. Dans Être ici est une splendeur, on découvre Paula M. Becker, une peintre allemande, complètement inconnue en France. Paula, c’est une personne extrêmement intéressante, extrêmement attachante. Marie Darrieussecq nous parle d’elle, comme si elle évoluait tout près de nous, alors qu’elle est morte en 1907. On suit son adolescence, ses émois amoureux, mais surtout le développement de son œuvre. On y découvre à la fois sa progression, mais aussi ses moments de doute, et c’est encore cet aspect de « coulisses » dévoilées qui me séduit énormément. Dans ce roman, on retrouve bien sûr l’histoire (romancée et fictionnalisée) de Paula M. Becker, mais aussi des réflexions de Marie Darrieussecq. L’autrice s’interroge en effet sur les raisons de son absence dans les musées français, alors qu’elle a pourtant créé la majeure partie de son œuvre à Paris… J’ai trouvé ce roman vraiment passionnant, ça m’a donné envie d’aller découvrir les œuvres de cette jeune femme, et ça m’a mis un peu en colère aussi. Je ne comprends pas comment on peut laisser dans l’ombre ces femmes, alors que leurs contemporains sont dans la lumière. En effet, si l’on se souvient de Rilke, on a totalement oublié son amie Paula. Et je trouve ça bien dommage. En tout cas, c’était une très belle lecture, j’ai beaucoup aimé découvrir cette jeune femme, et je suis tellement triste qu’elle n’ait pas la reconnaissance qu’elle mérite. (clique sur l’image pour avoir plus d’informations sur le livre !)

livres-empilement-de-trois_318-45543 Dans le même style : Charlotte de David Foenkinos

→ Une BD

KikiDeMontparnasse1_25032007Enfin, j’aimerais vous parler d’une BD qui me tient beaucoup à cœur : Kiki de Montparnasse de Catel et Bocquet. J’avoue être un peu biaisée, parce que la collection « écritures » chez casterman me plaît énormément, je trouve que leurs BD sont toujours de très beaux objets. Kiki de Montparnasse est une BD biographique, qui retrace la vie de Kiki de Montparnasse. Kiki de Montparnasse c’est une femme connue pour être le modèle, la muse, et l’amante d’artistes célèbres (notamment Man Ray), mais ce qu’on oublie, c’est qu’elle a aussi été chanteuse, danseuse, directrice de cabaret, actrice et peintre. C’est une figure majeure de l’entre-deux guerres en France, et surtout de la vie artistique à Montparnasse pendant cette période. J’avais beaucoup aimé cette BD, non seulement parce que les dessins me plaisaient, mais également parce qu’elle m’a permis d’en apprendre un peu plus sur cette femme surprenante. Je trouve que Kiki est un personnage à la fois attachant et agaçant, on peut parfois avoir envie de la secouer, tout en ayant envie de l’enrouler dans une couverture. Ce qui est également très chouette avec cette BD c’est qu’elle met en lumière les relations entre les artistes et leur muse, et qu’elle nous donne un aperçu de la vie artistique à Paris pendant les années 1930. Que vous connaissiez Kiki ou pas, cette BD est vraiment un petit bijou, je ne peux que vous la conseiller vivement. (clique sur l’image pour avoir plus d’informations sur le livre !)

livres-empilement-de-trois_318-45543 Dans le même style : Olympe de Gouges de Catel et Bocquet

Et pour aller encore plus loin :

livre-ouvert-forme-symetrique_318-45443

Voilà, j’en ai fini pour cet article, dites moi si le principe vous a plu, et si vous aimeriez voir un peu plus d’articles de ce genre sur le blog. Plein d’amour.

Publicités

13 réflexions sur “Sur mes étagères : les femmes artistes dans la littérature

  1. Merci pour cet article, j’en voudrais mille comme ça !
    J’ai noté Buvard ainsi que Corinne ou l’Italie, que j’irai emprunter dès que j’aurai un peu de temps pour moi.
    C’est un sujet très intéressant, et d’ailleurs, je serais curieuse de connaître l’intitulé de ton mémoire… 🙂
    Est-ce que tu as lu le livre Artemisia, par l’historienne Alexandra Lapierre ? Si non, je te le conseille, il est fascinant !
    Et Ma Vie, de Isadora Duncan ? Je pense qu’il te plairait aussi, autobiographie cette fois-ci, passionnant, touchant, Isadora Duncan y est très attachante, vraiment c’est l’un de mes plus gros coups de coeur.

    J'aime

    1. Je suis ravie que l’article t’ait plu, j’avais tellement peur qu’il soit d’une qualité vraiment moyenne…
      Mon mémoire porte sur la représentation de la femme artiste dans les romans écrits par les femmes au XIXe siècle (oui, c’est très précis haha)
      Je connais absolument pas ces deux livres, je les note et je jetterai un coup d’oeil à l’occasion.
      Merci de ton commentaire 🙂 passe une jolie journée

      Aimé par 1 personne

      1. ça a l’air passionnant ! Est-ce que tu en ferais quelques articles pour ton blog ? J’aimerais beaucoup en savoir un peu plus sur le sujet..
        (Quelles sont les auteures que tu étudies du coup ?)

        J'aime

      2. Oh, je n’y ai jamais songé sérieusement, mais pourquoi pas, ça peut être intéressant.
        J’étudie principalement Madame de Staël et George Sand. Après dans mon corpus secondaire, j’ai des oeuvres de Caroline Marbouty ou Félicité de Genlis !

        J'aime

  2. J’ai lu une biographie de Paula Becker, j’ai adoré cette personne… je n’ai trouvé la bio qu’en anglais, rien de plus, alors je suis heureuse de voir qu’en fait, il existe un autre ouvrage sur cette peintre !

    J'aime

    1. Je crois qu’en France, on n’est pas trop intéressés par cette femme, ce qui est extrêmement dommage… Je suis contente d’avoir pu te faire découvrir une oeuvre, j’espère qu’elle te plaira !

      J'aime

  3. Je note tous ces titres !!! 🙂 Ton article est vraiment super ! Les femmes artistes (la littérature féminine) est aussi un sujet qui me tient fort à cœur 😀

    J’ai justement « Les femmes qui lisent sont dangereuses » dans ma PAL et je suis pressée de le lire !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s