Février c’est fini, on fait le bilan ! (avec beaucoup de retard…)

bilan culturel février

Oui, je sais, j’ai un problème d’organisation avec ces articles « Bilan culturel »… Je m’ajuste tout doucement au blog, j’essaie de faire les choses bien, parfois c’est compliqué et je me perds. La seule explication que je trouve à ce retard, c’est le fait que le mois de février est passé extrêmement rapidement, j’ai fait « beaucoup » de choses et je n’ai pas pris la peine de m’organiser correctement. J’arrête de m’excuser, et je vous présente ce que j’ai aimé ce mois-ci.

_0027_angiemakesfreeclipart 006 - copie

Du côté des livres :

A45050_Rue_Darwin.inddRue Darwin, roman de Boualem Sansal est un roman qui m’a beaucoup plu en février. C’est l’histoire d’un homme qui, après le décès de sa mère (et pendant qu’elle meurt) va s’interroger sur ses origines, et va mener une enquête sur son passé. Il va remonter jusqu’à sa plus petite enfance, mais également jusqu’à l’histoire de ses parents. Cette remontée dans le passé, qui est l’occasion de réflexion multiples sur la famille, les liens qui lient les êtres entre eux, va lui permettre d’ouvrir les yeux sur une réalité, sa réalité. J’ai trouvé que l’écriture de Boualem Sansal était très agréable : on suit entièrement le fil de pensée et de réflexion de Yazid (le héros et narrateur du roman), ainsi on se retrouve à la fois projeté dans le passé, mais aussi ramené dans la dureté du présent, en même temps que lui. Il est facile, je trouve, en tant que lecteur/lectrice, de se prendre au jeu de l’enquête et de chercher également à remettre de l’ordre et du sens dans les souvenirs de Yazid. C’est un roman qui permet aussi de voyager : on se retrouve projeté dans l’Algérie des années 50, on y découvre une société très matriarcale avec ses codes et ses traditions. C’était une très belle lecture, et ce livre m’a beaucoup plu. (clique sur l’image pour accéder au site de l’éditeur et avoir plus d’informations)


villa des femmesAprès l’Algérie de Boualem Sansal, je vous présente le Liban de Charif Majdalani. Villa des femmes est un roman qui se déroule pendant les années 60 au Liban, et qui se présente comme une fresque familiale. On va suivre l’histoire de la famille Hayek à travers les yeux de leur fidèle chauffeur. En effet, Villa des femmes est un peu l’histoire de la chute d’un empire : celui de Skandar Hayek. Malgré une affaire prospère, tout va basculer dans la famille Hayek lorsque le patriarche (Skandar, donc) meurt. La question de l’héritage et de la succession sont donc abordées mais personne ne semble capable de porter l’affaire et de garder l’empire du père intact. Alors que la guerre gronde, la famille se déchire, et surtout les femmes. Ce roman, c’est en effet, avant tout, l’histoire de femmes, aux caractères forts et bien trempés. Chacune différente, chacune portant sa conception de la vie, chacune voulant résoudre les problèmes à sa manière. J’ai dévoré ce livre en un jour, dans le TGV Rennes-Lyon (puis dans le TER Lyon-Chambéry), et je me suis vraiment attachée à tous ces personnages. J’ai également été séduite par l’ancrage historique du roman, j’ai trouvé ça extrêmement intéressant. J’avais déjà adoré Le Quatrième Mur de Sorj Chalandon, et j’ai eu l’impression avec Villa des femmes de m’inscrire dans une forme de continuité historique (même si chronologiquement, Villa des femmes vient avant Le Quatrième Mur). C’était une très bonne lecture. (clique sur l’image pour accéder au site de l’éditeur et avoir plus d’informations)

image-4

Parlons film, parlons série : 

deadpool posterDeadpool : J’ai été voir ce film avec mon amoureux à la fin du mois de février. On s’était dit qu’on irait le voir ensemble, et on a a-do-ré. Je crois que je ne m’attendais pas à un film incroyable, je pensais juste aller voir un bon film de superhéros, voilà tout. Et j’ai été surprise par Deadpool, j’ai trouvé le film très drôle, j’ai adoré le côté un peu méta du film (le quatrième mur est en effet régulièrement brisé, les personnages évoquent parfois la galère qu’ont connu les acteurs et réalisateur pour produire le film). Le personnage de Deadpool est plutôt génial, il est très sarcastique, sait être extrêmement drôle comme très touchant. C’est également un héros qui n’en est pas vraiment un, et malgré tout, il a un charisme incroyable. Je ne vais pas vous parler de la qualité de la réalisation, parce que je n’y connais rien, mais j’ai trouvé que les acteurs étaient plutôt convaincants, et que le film méritait sa hype. Je dois avouer que je suis quelqu’un de très bon public, et si un film me fait rire et me captive, alors je le classe directement dans la catégorie des « bons films ». Ce n’est clairement pas un film qui fait intensément réfléchir aux grands problèmes de la société actuelle, mais je crois que ce n’est pas pour ça qu’on va le voir, donc tout va bien ! Par contre, si jamais vous êtes sensibles au sang/scènes de tortures, faites attention à vous, parce qu’il y en a quelques unes.


181925The 100 : Je crois que c’est la première fois que je vous parle d’une série sur le blog, mais ça n’est sûrement pas la dernière. J’ai commencé The 100 au retour des vacances de février, parce que j’avais besoin de me détendre et de me changer les idées. Je m’attendais, au début, à une série un peu gnangnan, assez superficielle, et j’ai été agréablement surprise. The 100 est une série vraiment très chouette, certes, conçue pour un public adolescent, mais avec des personnages féminins assez riches et plutôt loin des stéréotypes habituels. Je vous ne raconte pas le pitch de la série, vous pouvez trouver plus d’informations ici, je préfère vous parler très rapidement de ce que j’aime dans cette série. Tout d’abord, j’adore le personnage de Clarke, j’aime le fait qu’elle ne soit pas définie par ses relations amoureuses, j’aime également qu’elle soit pragmatique et qu’elle ait des défauts « humains », c’est une héroïne à laquelle on peut s’identifier. J’aime également énormément l’évolution de certains personnages (comme celui de Kane, ou celui d’Octavia) que je trouve incroyablement cohérente, et bien fichue. Ce qui m’a également plu dans cette série, c’est le fait que tous les personnages soient intéressants (les bons comme les mauvais) et que la question de la survie dans un milieu hostile soit clairement abordée. Contrairement à d’autres dystopies, je trouve que l’accent est plus mis sur l’organisation en société, l’entraide, et les relations amicales, que sur le fait de trouver le grand amour. En plus, la série aborde des questions assez intéressantes, comme par exemple le choix du type de société que l’on veut construire, le choix de la politique que l’on veut appliquer, et également des questions plus éthiques ou morales comme par exemple : doit on être prêt à tout pour survivre, la survie justifie-t-elle des pratiques mettant en danger autrui… Et même si cette saison 3 (la saison en cours actuellement) me laisse un peu perplexe, c’est un rendez vous hebdomadaire que je ne loupe plus (j’ai même converti mon amoureux, qui s’insurge parfois par SMS du sort réservé à certains personnages !).

image-4

Et puis, côté random

En février j’ai vu Les Origines de la richesse sur la chaine YouTube DirtyBiology. Je le mets dans la catégorie random de mon bilan culturel, mais c’est clairement un reportage très instructif, et absolument pas futile. Je me permets de vous en parler, car j’ai trouvé cette vidéo super intéressante. Je ne suis pourtant pas une fan de la biologie (ou de la science en général) mais j’ai été captivée par l’enquête menée par Léo (oui, je me permets de l’appeler par son prénom, car c’est quand même plus court et pratique). Dans cette vidéo, il cherche des causes aux différences de richesse et de développement entre Bali et le Timor Oriental, et il nous emmène avec lui (presque sur son épaule) dans ses recherches. En plus d’être une vidéo instructive, les images sont super belles, et ça donne envie de voyager (et je dis ça alors que je ne suis vraiment pas une baroudeuse…). Bref, si vous avez 25 minutes de libre, foncez voir cette vidéo. C’est beau, c’est bien fait, c’est instructif. Que demande le peuple ?

_0027_angiemakesfreeclipart 006 - copie

Bon, allez, promis, pour le prochain bilan culturel, je serais dans les temps. Et puis, j’aimerais vous présenter à nouveau des documentaires intéressants (comme ce que j’avais fait en janvier)… Et vous, quelles ont été vos dernières découvertes ou vos derniers coups de coeur ? Est-ce qu’il y a des choses qui vous ont particulièrement marqué-e en février ?

Plein d’amour, et je vous souhaite une très jolie (fin de) journée !

Publicités

Une réflexion sur “Février c’est fini, on fait le bilan ! (avec beaucoup de retard…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s